Je suis charlie

Agir sur les risques psychosociaux, intervention de la section

La section C.F.D.T Ville de Beaune a souhaité rencontrer les élus C.H.S.C.T afin que ceux-ci aient une représentation des problèmes, voir des souffrances que vivent les agents de trois services.

Aujourd'hui, nous parlons de trois services, personnes ne peut affirmer qu'ils seront moins nombreux ou plus nombreux à l'avenir.

C'est pourquoi par la connaissance des difficultés que rencontrent les agents des services : « Bâtiment », « Vie associative pour la Maison des Associations, » et la « Police Municipale » et dont nous avons informé Mr le Directeur général, nous demandons aux représentants du C.H.S.C.T de mettre en place un groupe de travail pour l'élaboration d'une charte de prévention des risques psychosociaux.

Le bilan :

Un agent sur six dans la fonction publique estime être l'objet de comportements hostiles dans le cadre de son travail.

DE QUOI PARLE-T-ON ?

Sans vouloir entrer en polémique, l'argumentaire se base sur les travaux réalisés par Christophe DEJOURS, psychiatre et psychanalyste, adapté à ce que nous avons constaté sur la ville de Beaune.

(Fondateur de la psycho dynamique du travail.)

Les modes de management et de gestion des ressources humaines provoquent une augmentation de la pression individuelle pesant tant sur les managers que sur les agents.

Sont en cause :

  • L'individualisation des rémunérations : même si pour la fonction publique, le salaire est soumis à une grille et dépend du bon vouloir de l'Etat, qui favorise les primes aux cadres A et B. Les agents de catégorie C ne s'y retrouvent pas : les pourcentages attribués ne sont pas proportionnels aux compétences de plus en plus demandées.
  • La responsabilisation individuelle sur les résultats : il fautdéfinir des objectifs annuels collectifs et non individuels
  • Les contradictions portants sur la qualité du travail réalisé : Un des éléments fondamentaux pour les agents est leur capacité à réaliser, de leur point de vue, un travail de qualité, un bon travail.

Dans des conditions de pression et de restriction sur les moyens, de nombreux agents se trouvent dans l'incapacité de maintenir la qualité de leur travail. Ils se plaignent d'avoir de moins en moins de temps pour réaliser correctement leur travail. Ils sont placés face à des contradictions.... (Rôle des élus), mis en évidence dans notre enquête : « Votre vie au travail »

Les critères de qualité définis sont des critères quantitatifs et financiers, sans prise en compte du travail réel.

  • Un management de proximité en difficulté pour assurer son rôle de soutien : Souvent uniquement cantonnés au suivi de la réalisation des objectifs, les agents de maîtrise n'ont que peu de marges de manœuvre pour répondre aux attentes ou inquiétudes des salariés qui rencontrent des difficultés.
  • La destruction des collectifs de travail : Le collectif de travail se construit autour d'objectifs communs et du partage de la charge de travail. Le collectif de travail est une ressource pour les individus, quand il permet d'échanger sur les pratiques professionnelles, de pouvoir parler du métier.
  • L'individualisation des objectifs, la compression des temps, la multiplication des tâches, les réorganisations permanentes mettent aussi à mal la construction des collectifs de travail.

 

TOUT CECI FAVORISE LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX.

Les risques psychosociaux recouvrent les risques professionnels liés aux mauvaises organisations du travail, au harcèlement moral, à la violence au travail.

Ils représentent un ensemble de composants professionnels qui peuvent avoir des conséquences sur la vie au travail et/ou à la santé de l'agent tels que :

Les effets sur la santé mentale :

  • Mal être ou souffrance au travail
  • Etat de stress au travail
  • Recours à des produits agissant sur le système nerveux : tabac, alcool, somnifères, anxiolytiques....
  • Angoisses et troubles dépressifs
  • Suicides.

Les effets sur la santé physique :

  • Troubles musculo-squelettiques (TMS)
  • Troubles cardiovasculaires.

L'enjeu de la prévention est surtout d'identifier les causes qui trouvent leur origine dans l'organisation du travail et les modes de management.

Les principaux risques ou troubles psychosociaux :

  • Le stress au travail : un état de stress survient quant il y a un déséquilibre entre la perception qu'une personne a des contraintes que lui imposent son environnement et la perception qu'elle a de ses propres ressources pour y faire face.

L'individu est capable de gérer la pression à court terme, mais il éprouve de grandes difficultés face à une exposition prolongée et répétée à des pressions intenses.

  • Le mal être au travail : c'est un état émotionnel en lien avec le contexte organisationnel et relationnel dans le service. Ce phénomène peut aller de l'inquiétude du salarié sur son avenir à un mal être plus important ou une souffrance au travail.

Les violences au travail :

La violence peut prendre différentes formes :

  • Celle de conflits entre salariés et personnes extérieures (usager, clients,)
  • Celle d'agressions ouvertes ou moins visibles (sous la forme d'atteinte à la dignité de la personne) et internes au collectif de travail (collègues/hiérarchie)
  • Les phénomènes de violence morale peuvent se développer sur de longues périodes et se caractériser par leur durée et leur répétition.

Nous avons survolé la problématique grandissante du mal être au travail.

Les agents des trois services vivent actuellement ces situations partiellement ou complètement, insidieuses et violentes dans les mots et dans les gestes.

Trois points nous semblent essentiels pour une prévention efficace des risques, ce sont :

  • La perception des agents : avoir le ressenti des agents, toutes catégories confondues sur le management.
  • La formation : bien que les « encadrants » aient suivi une formation, un suivi régulier de ces agents nous parait important. L'évaluation n'ayant lieu qu'une fois par an, cela ne peut être suffisant.
  • L'information : les agents doivent être renseignés sur les risques. Un petit fascicule serait utile.

Les propositions de la section C.F.D.T sont les suivantes :

  • Mise en place d'une cellule d'écoute composée du médecin du travail, de l'assistante sociale du personnel (voir extérieure), de représentants du CHSCT, du responsable prévention, ceci pour la fin d'année 2013.
  • Elaboration d'une charte de prévention des risques psychosociaux (en lien avec l'ARACT (association régional pour l'amélioration des conditions de travail)

 

Pour la section C.F.D.T,

La secrétaire de section

Denise MORIN

 

Accès Adhérents