Wing'z 4

Déclaration liminaire au Comité Technique du 20 juin 2016

Lundi 20 juin 2016, s'est tenue une séance de Comité Technique au Conseil Départemental de Côte d'Or

Retrouvez ci-dessous la déclaration liminaire de la CFDT:

Déclaration préalable au comité technique du 20 juin 2016

 

Madame la Présidente,
Mesdames Messieurs,

Dans un premier temps, au nom de la CFDT, je souhaite remercier notre institution pour l'interêt, le témoignage de reconnaissance, le souci de la récompense qu'elle porte aux personnels à « responsabilités importantes » qui quittent le Conseil départemental pour un départ en retraite ou un changement de collectivité.

Il est vrai que tout au long de leur carrière, ces « personnalités importantes » ne sont pas valorisées :

par un déroulement de carrière exemplaire,par un régime indemnitaire avec une note de part variable à 5.

Il est vrai que tout au long de leur carrière, ces « personnalités importantes » sont les seules à faire fonctionner la collectivité et à mériter la reconnaissance des usagers et de notre Institution...

J'arrête là l'ironie mais je peux vous assurer que cette mesure fait réagir tous nos collègues « personnalités non importantes » de catégorie, A, B et C qui participent, avec enthousiasme, au cadeau de départ de leur collègue.. Il est vrai que leur rémunérations, à eux, sont « importantes », entre 1400 et 2500 € pour les plus chanceux.

J'eus préféré, Madame la Présidente que notre collectivité, dans un principe d'équité, prenne la décision d'augmenter la prime de départ en retraite de l'ensemble des agents plutôt que prendre une délibération qui permet et permettra de valider une dépense auprès du trésorier payeur !

J'eus préféré également, Madame la Présidente, que l'on prenne rapidement en compte la situation des six puéricultrices et cadres de santé dans une très prochaine CAP comme je le demandais dans un courrier en date du 8 juin dernier et pour lequel je n'ai toujours pas de réponse écrite de notre collectivité (cela devient récurrent..)

Par ailleurs, nous souhaitons savoir sur quel texte statutaire se fonde cette possibilité d'attribuer une « gratification » à un agent, fut-il si méritant ?

Revenons quelques minutes à l'ordre du jour.

Avant d'évoquer dans cette déclaration l'expérimentation mise en place dans certaines agences, je voulais vous signaler que nous regrettons le fait que certain responsable d'agence évoque, lors d'une réunion, ces mesures comme acquises avant même d'être validées au comité technique de ce jour ? Et s'il y avait un vote unanime contre ?

Quelle considération nous porte-t-on ?

Pour l'agence des Grésilles, les mesures mises en place semblent répondre à la disparition, au fil du temps, d'un 80%.

De façon générale, la baisse des effectifs génèrent des dysfonctionnements.

Nous avons connaissance, Madame la Présidente, que dans d'autres directions, des collègues réclament du travail et éventuellement demandent à changer de postes.

Ne vaudrait-il pas mieux redéployer des agents plutôt que mettre en place cette expérimentation ?

Les cas que nous connaissons ne sont pas uniques... nous avons le sentiment que certains directeurs préfèrent conserver des agents inoccupés plutôt que perdre ces postes ?

Concernant les assistants familiaux, nous demandons que soient mis à l'ordre du jour d'un prochain comité technique :

la préservation de la présomption d'innocence que la CFDT réclame depuis de nombreuses années ;une évaluation annuelle personnelle et professionnelle qui permettrait d'éviter le retrait d'enfants en urgence pour différents motifs avancés comme un attachement, un lien fusionnel, de la maltraitance, alors que tout allait bien pendant des années ;le travail des assfam les jours fériés, sans aucune majoration de salaire ou indemnisation hormis le 1er mai.

Par ailleurs, dans le bilan social, les assistants familiaux ne figurent que dans la rubrique « emplois non-titulaires sur des emplois non permanent » : 30 hommes et 273 femmes.

De plus nous ne trouvons aucun chiffre concernant :

les actes de violences (on se demande par ailleurs si les assistants familiaux signalent les actes d'agressivité ou de violence ?)les départs en retraite

les assistants familiaux n'apparaissent, a priori, dans aucune rubrique.

Par ailleurs, un audit débutera en septembre, pouvons-nous connaitre l'organisme pressenti pour celui-ci ???

J'aimerais évoquer également le groupe de travail sur les critères de passage dans les grades ou cadre d'emploi supérieurs. Les retours de nos collègues participant à ce groupe nous laissent dubitatifs ?

En fait, rien ne change ? Pas de liste clairement définie pour l'ensemble des agents de notre institution ? Pas de critères fixés de façon plus transparente?

Un leurre du même genre que la charte de mobilité qui s'applique ou non, selon les cas et selon les agents....

Par ailleurs, nous regrettons que ce dossier soit présenté au CODIR de septembre, dans la foulée, au Comité technique et ce, juste avant son application dans la procédure d'entretien professionnel !!!! Cela nous interroge dangereusement.

D'autant plus dangereusement que nous assistons à une remise en cause par certain supérieur hiérarchique de la participation de nos collègues militants aux réunions cfdt et groupes de travail instaurés par la collectivité. Je rappelle que tous nos militants travaillent pour le bien-être des agents au sein de notre collectivité et non pas pour leur gouverne personnelle et précise que cela n'a aucun impact sur le travail à faire dès lors que ce dernier a été effectué.

Pour terminer, Madame la Présidente, je souhaite vous dire notre inquiétude quant aux guérillas d'élus locaux, incompatibles avec la qualité du service rendu au public.

Vendredi, le Président de la République a donné un accord de principe à la métropole de Dijon.

Comme nous le savons tous, cela pourrait vider ou videra de sa substance notre collectivité et traiterais de façon inéquitable les usagers côte-d'oriens.

Nous eûmes préférés une absorption des départements par les régions plutôt qu'une multiplicité de strates et de décisionnaires politiques.

Ces querelles intestines ou guerres de pouvoir n'ont d'autre impact que d'éloigner de plus en plus les électeurs ou administrés des femmes et des hommes politiques et nous le regrettons vivement.

Nous sommes inquiets des conséquences que cela aura sur les usagers mais également sur l'ensemble des personnels de notre institution.

Pouvez-vous nous éclairer sur ce qui est envisageable à court et moyen terme ?

Croyez bien, Madame la Présidente, que j'aurai aimé faire une déclaration beaucoup plus gaie !

Je vous remercie.

Lionel MORI

Secrétaire de la section CFDT

Conseil départemental de Côte-d'Or

Accès Adhérents