Wing'z 7

Réorganisation: déclaration préalable CFDT au CTP du 22 février 2013

colereDéclaration préalable CFDT relative à la réorganisation des services

Comité technique du 22 février 2013

 

 

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur Général, Mesdames Messieurs et chers collègues,

Avant de nous prononcer sur ce dossier complexe qu'est la réorganisation des services et aujourd'hui la présentation de son nouvel organigramme, il nous semblait primordial de vous faire part des réflexions recueillies et travaillées tant au sein de notre OS dès le début de sa mise en place,  qu'avec les agents de notre collectivité par le biais de 1700 questionnaires flash distribués il y a quinze jours.

Au comité technique de septembre 2012, trois organisations syndicales, dont la notre, n'ont pas pris part au vote par manque d'information (entre autre) sur l'organigramme des services. Je dois vous avouer que le seul regret que nous pouvons avoir aujourd'hui est, peut être, de ne pas avoir voté CONTRE ce jour là.

Dans le contexte politico-économique dans lequel nous nous trouvons, chacun d'entre nous à conscience de la nécessité de réorganiser notre collectivité. Collectivité = collectif

Collectif, une notion qui semble avoir disparu du vocabulaire interne du Conseil Général, notamment pour ce que j'appellerais l'encadrement supérieur (certains DGA et directeurs). Le "collectif" s'est rapidement transformé en "individualisme" avec le sentiment que chacun s'est battu pour défendre son pré carré plutôt que les missions dévolues à notre Institution.

Quel constat tirons-nous aujourd'hui ?

Un constat similaire à celui des agents (catégorie C, B et A cadres intermédiaires, agents de terrain non associé à la réflexion sur cette évolution institutionnelle) dont nous vous venons de vous distribuer les remarques, agents qui ont très vite ressenti une arnaque voire une machination dans les mois qui ont suivi son acceptation au dernier CT !

Où sont passées les belles promesses du Projet d'Administration Départemental que nous avons soutenu totalement et dans lequel une majorité d'agents se retrouvait ! Restauration du dialogue entre autre !

Pourquoi ne pas être parti de la base ? Pourquoi ne pas avoir consulté cette base qui a
aussi son mot à dire, cette base qui réfléchit, cette base qui pense aussi, n'en déplaise à certains ?

Ô déception ! Terrible et grande déception !

Je citerais quelques réflexions recueillies lors de la distribution de notre enquête flash :

  • "Cette réorganisation, à laquelle je n'ai jamais cru, ne me concerne(ra) pas. Départ retraite prévue en juillet 2013. Le schéma de réorganisation = plein de bonnes idées, plein de bonnes intentions ... vient forcément en inadéquation avec l'audit ... lequel soulignait plutôt fortement un dysfonctionnement dû principalement à l'encadrement. Mettre en avant une démarche personnelle sans se soucier du collectif... C'est emblématique de la société contemporaine. Le changement demandé ... n'est certainement pas pour demain. J'ai honte de l'image renvoyée aux usagers ! Il est vraiment temps que je parte. Bon courage pour ceux qui restent."
  • "Bref, une réorganisation faite par les cadres pour les cadres, qui exclut le personnel non encadrant, qui se retrouve à subir les modifications de leurs tâches et conditions de travail qui en résultent. Un manque constaté de fluidité de l'information et de communication concernant la réorganisation au sein de ma direction".
  • "Aucun changement pour l'encadrement. Ces sont les agents de base C et B qui sont déplacés sans leur consentement. Sans offre d'autres missions. Sans possibilités d'évolution.

Nos collègues et nous-mêmes n'y croyons plus."

  • "Aucune homogénéité dans l'organisation en service/cellule. Mobilité réservée à certains agents. Toujours autant de strates. Manque de lisibilité. Beaucoup d'incertitudes."
  • "Aucune vision d'ensemble et stratégique de la hiérarchie sur l'impact de leurs décisions sur le quotidien et la motivation des agents."
  • "de toute façon rien ne changera tant qu'on fera une réorganisation en fonction des personnes et non en fonction des missions. Cela abouti inévitablement à des cadeaux pour les uns et à la démotivation voire l'exclusion pour les autres. En tout cas, ça ne va pas forcément dans l'intérêt des usagers."
  • "Et pourtant j'y croyais. Enthousiasme, énergie, punch, à donf j'y étais. Ouuuaaahh, cela allait changer. Brusquement, boum badaboum boum boum, les prémices de cette construction s'effondraient, quelques mois plus tard, en mille morceaux, pour faire face à ce terrible édifice qu'est la désillusion. Quelle mascarade ! Et maintenant, qui y croit ? A part vous les grandes têtes très pensantes. Votre ambition était si forte qu'elle a transpiré vos noms sur l'organigramme. Vous ne doutez pas de vous, vous n'en voyez même pas les limites que pour certain, leur carrure déborde presque des bords de la feuille. DGA, futur DGA aurais-tu ce rêve si secret d'être «calife» à la place du «calife» ? Maintenant, je préfère être spectatrice «idiote» de catégorie C et me «marrer» devant ce grand spectacle de désolation joué par de piètres acteurs. Au moins, ça c'est gratuit et ... et si on parlait de finances ? J'espère que la réécriture partielle totale du scénario co-écrite individuellement par tous nos Grands Acteurs du Conseil Général, ne sera pas, elle, facturée ??? Comme j'aurais aimé être petite souris pour assister à ce spectacle de nudité. Quoiqu'il en soit, maintenant il va falloir être à la hauteur, ET EN DOUCEUR, SANS CREER DE SOUFFRANCE. Vous vouliez les lauriers du pouvoir, vous les avez ; il vous faut maintenant gagner les lauriers de la gloire, honnêtement, sans maltraitance, en respectant TOUS LES AGENTS, ET TOUS LES CITOYENS... "

En ces temps de soi-disant économies, de nombreux collègues s'interrogent également sur la nécessité et le rôle final du cabinet ENEIS ainsi que son coût? ...

Théâtrale me direz-vous ? L'effet l'est peut-être mais le fond, je vous assure que le fond ne l'est pas, il n'est que le triste reflet de la réalité.

Quand nous avons distribué notre questionnaire flash, certains collègues nous ont dit ne pas y répondre parce que "cela ne changerait rien", "les jeux sont faits", "on nous prend pour des cons"....

Me permettrais-je de vous dire que ce sentiment de "honte" exprimé par quelques agents, alors qu'ils n'en sont pas responsables, devraient être VOTRE sentiment de "honte". Et je vous en prie, ne venez pas me faire de leçon de morale post-réunions. En ma qualité de secrétaire de cette section, je ne fais que mon devoir : être à l'écoute de l'ensemble de nos collègues, VOS agents, ce que, pour beaucoup d'entre vous, n'avez pas fait.

Nos collègues et nous-mêmes avions soutenu ce projet de réorganisation! Cette réorganisation telle qu'elle nous a été proposée était une réorganisation ambitieuse, moderne, dynamisante, remotivante ! Les agents y ont cru. Enfin, un souffle de "fraicheur", de la nouveauté, un langage vrai et humain ! Aujourd'hui, ils se sentent démunis. Mais ils ne sont pas dupes. Je citerais un collègue qui dit "il ne faut pas nous prendre pour des lapins de 6 semaines".

Pourquoi en sommes nous arrivés là aujourd'hui ?

Pourquoi ce sentiment de trahison ?

Alors que de nombreux agents sont tout à fait favorables au "changement qui, pour eux, répond à une nécessité impérieuse de réorganiser l'institution pour une meilleure adaptation aux missions actuelles et en prévision des inévitables évolutions à plus large échelle dans une économie contrainte ; alors que les agents sont satisfaits du principe de concertation étendue à quelques nuances près, ils cherchent réellement la pertinence des premiers résultats annoncés et estiment globalement très faible voire inexistant le potentiel d'atteinte des objectifs retenus à en juger les premiers mouvements".

Il se sentent spoliés par certains DGA et directeurs qui ont pensé "individualisme" "positionnement", "copinage", "je ne bougerai pas", "ne vous inquiétez pas, vous aurez votre part de gâteau" ; et je reste soft par rapport à tout ce que nous avons entendu Mme la Présidente.

Ils se sentent spoliés par certains DGA et la grande majorité des directeurs qui n'ont pas joué le jeu de la mobilité initialement prévue à 70 %.

Pourquoi si peu de postulants à la M.E.O.P., cette mission noble qui revêt toute son importance au sein de notre collectivité ;

Pourquoi de nouvelles strates créées (adjoints au DGA, adjoints au directeur, adjoint à l'adjoint du directeur...suppression de services mais rajout de cellules, ou suppression de cellules mais rajout de services) Y a t-il une réelle nécessité ou a-t-on voulu une fois de plus, comme en 2007, favoriser les déroulements de carrière de certains afin de récompenser de bons et loyaux services rendus au N+1 ?

Pourquoi une majorité des agents et nous-mêmes ressentons une "coalition" contre le projet initial de réorganisation et contre cette volonté d'aller de l'avant. A quelle fin ?

Mme la Présidente, comment voulez-vous impulser une nouvelle dynamique avec une hiérarchie qui ne se remet ni en question ni en cause elle-même ?

Mme la Présidente, comment pouvez-vous demander aux agents de s'inscrire dans une démarche novatrice quant tout reste figé au niveau de l'encadrement supérieur ?

Une fois de plus nous nous enfermons dans cette fonction publique archaïque et désuète que nous dénoncions il y a peu.

J'en finirais en interpelant nos DGA ici présents :
Pourquoi avoir "dénaturé" cette réorganisation ?
Pourquoi ne pas avoir joué le jeu ?
Pourquoi ne pas avoir entendu vos agents ?
Qu'avez-vous fait des missions essentielles du Conseil Général, ces missions que défendent les agents, cette notion de service public pour laquelle ils se battent chaque jour et à laquelle ils sont très attachés. Pourquoi ces missions ne nous semblent pas avoir été votre cheval de bataille ?

Allez-vous redonner confiance aux agents ? Comment ?

Je vous remercie.

Au nom des agents,

Lionel MORI

Secrétaire de la section CFDT

du Conseil Général de Côte-d'Or

Accès Adhérents