Wing'z 6

Déclaration liminaire au CT du 17 février

Le premier comité technique de cette nouvelle mandature s'est tenu ce mardi 17 février à la Communauté d'agglomération de Beaune. C'était pour notre organisation l'occasion de rappeler les nouvelles règles en matière de dialogue social telle que le prévoit la Loi sur "la rénovation du dialogue social et de la représentativité de 2010".

L'occasion également de fixer notre politique et la nécessité de travailler avec la collectivité sur les dossiers sensibles, tels que le Plan de travail annualisé, l'action sociale ou encore le régime indemnitaire. Le manque d'équité au sein de notre institution a été le leitmotiv de cette déclaration pointant ainsi une gestion purement comptable qui ne tient pas compte de l'atout de compétitivité que représente un service public de qualité.


 

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

La nouvelle mandature s'ouvre sur cette première séance du comité technique de notre collectivité et est l'occasion pour nous, représentants CFDT du personnel, de remercier l'ensemble de nos collègues pour la confiance qu'ils nous ont accordé lors des dernières élections professionnelles. Pour ces quatre années, et comme nous l'avons fait durant ces six dernières, nous allons nous efforcer de porter la parole, les revendications et les réflexions de nos collègues, dans un souci permanent de concertation et de construction. Telles sont nos valeurs, celles de la CFDT.

Il est absolument indispensable qu'un dialogue social de qualité puisse s'exercer pleinement dans l'esprit de la Loi sur la rénovation du dialogue social et de la représentativité de 2010. Telle sera notre feuille de route et la politique que nous nous fixons.

Nous revendiquons notre appartenance à une organisation résolument réformiste, attachée à la Co construction et à la négociation, pour un syndicalisme d'engagement et de propositions. Notre omniprésence au sein des collectivités de notre département et nos résultats sans appel, démontre à la fois l'attachement de notre organisation à être à l'écoute de nos collègues mais également la pertinence de notre engagement en matière de dialogue avec les employeurs. Nous caressons l'espoir que le regard porté sur l'action syndicale par notre institution puisse évoluer.

Le comité technique pour lequel nous allons siéger doit et va renforcer la place de la négociation. Nous devons tendre vers des accords locaux qui confortent une politique de la signature dans une logique de responsabilisation de l'ensemble de ses acteurs.

La Loi de 2010 favorise l'élargissement des attributions du CT qui tiennent compte des nouveaux enjeux de la gestion publique, notamment sur les questions relatives aux effectifs, aux emplois ou aux compétences des agents, l'insertion professionnelle ou encore l'égalité professionnelle et la lutte contre toutes les discriminations.

Je le réaffirme ici, si la collectivité est prompte à développer un dialogue, elle trouvera, en face, un interlocuteur capable d'y répondre.

C'est dans cet objectif que nous avons porté notre réflexion sur les sujets qui préoccupent aujourd'hui nos collègues. Un seul mot commun est malheureusement venu illustrer notre constat : « l'équité », avec un gros point d'interrogation.
Oui, l'équité ne semble pas aujourd'hui être le maître mot de notre collectivité et nous l'affirmons preuves à l'appui.

  • Lorsque nous évoquons la maladie, son synonyme n'est-il pas trop souvent « abus », ou encore « dérives » ? Comme nous le verrons lors du débat d'aujourd'hui, mais aussi par l'incidence sur la part variable du régime indemnitaire...
  • L'organisation du temps de travail ne crée t'elle pas, elle aussi, des dérives au travers de son application annualisée ? N'engendre t'elle pas des différences de traitement dans la gestion du temps de travail ?
  • Que dire encore du régime indemnitaire qui, depuis 2008, ne trouve pas son homogénéité selon que vous soyez Beaunois, Chagnotin ou encore « simple agent recruté communautaire ».
  • L'action sociale, enfin, totalement inexistante aujourd'hui dans un contexte où nos collègues, dont la précarité ne cesse d'augmenter, ne peuvent même plus prétendre à une valorisation de leur travail par le biais de l'avancement.

Je vous le dis, et au nom de tous les agents qui nous ont élus pour les représenter et faire entendre leur voix, nous ne décolèrerons pas tant que ces chantiers ne seront pas engagés et qu'une véritable politique sociale ne sera pas dirigée en direction de ceux qui font aujourd'hui la richesse de notre collectivité et du service public.
Les restrictions budgétaires ne doivent pas vous conduire à une approche purement comptable. Soyons perspicaces, un service public de qualité est avant tout un atout de compétitivité.

Je vous remercie

Sylvain RAZZANO
Secrétaire Général Adjoint
Syndicat CFDT Interco 21
Secrétaire de la Section
CFDT Comm' d'agglo de Beaune
Elu CT
(CT du 17 février)

 

Accès Adhérents