Illustration 1

Information CTP de novembre 2013

 CTP SIEGE, LYCEES ET CENTRAL

CTP Lycées :

L'information majeure concerne le transfert de compétences supplémentaires affectées à la région : la maintenance informatique des Lycées publics.

Nos collègues EMMIR vont former un service à part entière, rattaché à la Direction des Lycées du siège. La résidence administrative est maintenue dans les lycées.

Nous restons très vigilants sur :

  • La charge de travail : elle est augmentée, alors que déjà, les collègues ne chômaient pas. Le renfort (escompté à 7 personnes) ne sera que de ... 2 personnes !!
  • Les nouvelles fiches de postes, les relations avec les chefs d'établissements. etc....

CTP siège :

Création de 9 postes budgétaires pour la Direction Europe et International :

La collectivité anticipe le transfert, à la région, de l'autorité de gestion des fonds européens avec la modification de l'organigramme et la création de ces postes. Pour nous, ce transfert (au-delà du nouvel organigramme et du transfert d'agents de l'Etat) aura plusieurs conséquences :

  • Métiers et compétences des agents à développer (animation des programmes, instructions des projets, paiement, contrôle et évaluation...)
  • Organisation du travail entre la DEI et les directions opérationnelles, et, entre la Région et les organismes externes....

Nous restons vigilants sur les modalités de mise en œuvre de la nouvelle organisation à venir, sur la prise en compte dans la GPEEC des nouvelles compétences et de l'accompagnement des agents concernés.

CTP central :

A propos de la parité : nous avons eu du mal à comprendre la position de M. NEUGNOT, président de l'instance. Il semblait remettre en cause les convictions défendues dans la séance précédente, par Mme KHATTABI. Cela nous laisse un goût amer, car selon le président du CTP, le seul rééquilibrage possible de la parité reste l'arrêt de l'embauche des personnels féminins !

La parité n'existerait-elle qu'au royaume des escargots ? (et pas seulement ceux de Bourgogne)!!!

escargot

 

 

Le tableau des effectifs nous propose des chiffres encore différents du bilan social !!

A notre demande, les services des Ressources humaines doivent nous proposer un tableau un peu plus explicite......

Procédure et critères d'avancement de grade :

Notre position de refus (diffusée et mise en ligne sur notre page de l'intranet) n'a pas du tout été appréciée par les représentants de la collectivité. Nous avons voté contre (3 voix) ; les collègues du syndicat CGT nous ont rejoints et ont voté contre également (3 voix).

Seuls les collègues du syndicat UNSA (1 voix) et FSU (1 voix) ont voté la proposition de l'administration avec les représentants de l'administration (8 voix).

Nous rappelons que si la démarche globale nous a paru très intéressante et constructive, le volet « élargissement » des prérequis pour l'avancement des collègues ATTEE au grade d'ATTEEP2 nous semble injuste, inéquitable, inefficace, ridicule !

GPEEC : gros mot pour dire Gestion Prévisionnelle des Emplois, des Effectifs et des Compétences.

Pour l'instant, seuls les collègues du siège sont concernés.

Nous saluons l'ensemble de la démarche mais restons vigilants sur la mise en œuvre et le fond.

Sous prétexte de rendre les agents acteurs de leur carrière, il ne faudrait pas que les objectifs de politiques publiques et la réponse aux nouvelles missions de la région ne se traduisent que ...par la maîtrise des effectifs et la réduction du coût de la masse salariale !

Par ailleurs, il sera important aussi que cette GPEEC s'applique à tous les services et directions. En effet, on a pu remarquer plusieurs postes ouverts, déplacés, redéployés, comme par miracle, sans aucune transparence ni réorganisation globale de la direction !

Enfin, les derniers CTP ont traité un florilège de réorganisations dans les services du siège, et ce, sans trop de concertation avec les agents, ni vision globale de l'administration.

GESTOR : gestion des emplois du temps des collègues des lycées.

L'administration a reconnu que l'expérimentation (qui a pris fin en septembre 2013) a mal fonctionné dans les 12 lycées testés. Il a été choisi de prendre en compte 1600 emplois du temps différents, pour 1700 agents. L'expérimentation a repris dans 5 établissements.

Nous rappelons que, à notre avis, il aurait été plus simple de se limiter à plusieurs dizaines d'emplois du temps type. Nous invitons les collègues des lycées à être attentifs et à vérifier leur emploi du temps (signé par le gestionnaire) qui doit respecter le règlement du temps de travail dans les lycées !

Nous n'avons aucune indication sur la date de mise en place de la gestion des emplois du temps dans GESTOR.

 

 

Accès Adhérents