Wing'z 4

"Des mots"... pour Lionel.

Notre syndicat Interco21 a été destinataire d'un grand nombre de textes exprimant votre peine, votre émotion, parfois même votre colère face à l'injustice ressentie à l'occasion du décès de notre collègue Lionel.

Tous "ces mots" , nous avons souhaité les publier sous la forme d'un registre dans l'article ci-après...

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lionel, tu aimais les beaux discours et nous allons essayer d'être à ta hauteur.

Arrivé à 18 ans au Conseil Départemental de Côte-d'Or, tu as grandi au sein de ton institution passant de service en service laissant toujours derrière toi une trace indélébile d'un homme de convictions et investit dans ses missions.

C'est pourquoi tout naturellement, tu as mis tes pas dans les pas de ton père et tu t'es engagé syndicalement sans compter. En 2003, tu as accepté de devenir notre secrétaire de section. Tu as su fédérer, t'entourer et faire évoluer ton équipe comme tu aimais à le rappeler.

Tu n'as eu de cesse que de défendre les valeurs auxquelles tu croyais. Ta porte était toujours ouverte, tu étais toujours attentif et à l'écoute de chacun.

Mais tu savais être pugnace, qualité que tu revendiquais, allant jusqu'au bout de tes combats, et revenant sans cesse à la charge...

Mais pour nous,

- tu étais aussi un grand et bel homme soigné, élégant, sans oublier ta passion pour les caleçons de couleur. D'ailleurs, ton pire cauchemar et tu l'avais confié récemment, c'était de te retrouver en slip blanc dans la rue .... Situation coquasse que tu aurais pu mettre en scène dans l'une de tes pièces ...

- tu étais un épicurien, passionné de la Toscane

- tu étais notre ronchon préféré, notre petit Caliméro à nous

Nous t'aimons

(Fabienne pour la section du Conseil Départemental de Côte d'Or)

 


Lionel,

Je me souviens de la première fois où tu m'as envoyé dans une réunion fédérale à Paris ; je venais d'intégrer l'équipe de notre syndicat. Un collègue vient me dire à l'oreille :" tu interviens pour Interco 21 sur la fonction publique " ?! A cet instant, désemparé, je te passe un petit SMS pour te demander ce que je dois dire sur la fonction publique au niveau départemental. Je me rappelle de ta réponse comme si c'était hier... j'imagine même encore ton petit sourire narquois :"dis que c'est la merde !"
Oui notre complicité a commencé comme ça ! Convaincu de mes capacités d'adaptation ... Tu m'as fait confiance dès le départ. J'ai trouvé ça dur !
Aujourd'hui, tu me fais la même ! Tu me lâches, comme ça et je sais ce que tu dis..."t'inquiète Sissi, tu es prêt...tu vas te débrouiller !" Je trouve ça très dur !
Non Lionel, je ne suis pas prêt ! nous ne sommes pas prêts ! Pas prêt à me passer de toi ! Pas prêt à ce que tu nous quittes comme ça... Tu disais pourtant : "on a toujours le choix dans la vie" ... Là je n'ai pas le choix...tu ne nous laisses pas le choix...

Ta disparition crée un vide aussi immense que la place que tu occupais de par tes fonctions, du professionnalisme dont tu nourrissais tes équipes syndicales, de l'amitié que tu avais envers tes collègues. La CFDT perd un homme de convictions, notre syndicat perd un militant de grande qualité et au-delà de tout, nous perdons un ami très cher.
Tu étais un homme d'écoute qui savait toujours être dans la tolérance et la valorisation des autres ; tu avais l'art de "nous rendre intelligent"... A titre plus personnel, tu m'as porté et m'as fait grandir...ta gentillesse et ton dévouement vont nous manquer. Nous nous sentons tous orphelin aujourd'hui...

Je voudrais, au nom de notre organisation, avoir une pensée toute particulière pour Valentin, pour ses parents et pour tous ses proches et leur assurer de notre sympathie dans cette épreuve.

Salut Yoyo

(Sylvain Razzano pour le Syndicat Interco 21)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mon cher Lionel,

Je m'adresse à toi aujourd'hui avec d'autant plus d'évidence que, tu le sais bien, nous n'avions pas fini nos conversations, nous n'avions pas fini de bâtir ce bout de fédération que nous voulions ; je dirais même, nous commencions tout juste...

Chacun de nous a des souvenirs très précis, très récents de toi, puisqu'hier encore tu étais avec nous. Nous nous remémorons ta voix, ton sourire, ton rire, ton œil attentif et bienveillant, et parmi dessus tout ton dynamisme et ton enthousiasme, ton humour et ta joie de vivre. Hé oui. Ta forte personnalité chaleureuse ne laissait personne indifférent, tu invitais au partage, à l'amitié, à la fête. Au conseil fédéral, en moins d'un mandat, tu nous auras gentiment bousculé à plusieurs reprises, souvent précurseur, comme sur le revenu universel dont tu nous avais demandé de débattre il y a déjà un an. Nous quitter aussi brutalement avant même d'avoir fini ton mandat, ça manque cruellement du sens de l'engagement et de l'élégance qui te caractérisaient pourtant.

Nous éprouvons combien tu nous manques déjà et combien tu vas nous manquer. Car tu ne manquais pas d'idées pour ton syndicat et ta fédération. La veille de ta disparition brutale, il y a tout juste une semaine, tu m'envoyais tes projets de travail fédéral ! Alors Lionel, je ne sais pas comment je vais me débrouiller, mais je te le promets, non seulement je me souviendrai toujours de toi mais surtout, je ferai en sorte de faire vivre ton projet et tes idées pour la fédération, que tu m'as confiés avant de partir. Heureusement que les copains m'y aideront !

Selon l'expression avec laquelle tu nous avais bien fait rire à Strasbourg, vraiment, tu étais une belle personne, jamais tu n'aurais dû nous quitter si tôt.

À ta famille et à tes proches, au nom de tous les militantes et militants de la fédération Interco CFDT, j'adresse toute notre sympathie et nos vœux de courage pour traverser cette épreuve et celle de la maladie de tes parents dont tu nous avais parlé avec tellement de tendresse.

Salut, duc de Bourgogne, salut, notre camarade et ami.

(Claire Le Calonnec pour la Fédération interco)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nous venons d'apprendre une bien brutale et triste nouvelle : le décès de Lionel MORI, conseiller fédéral, secrétaire général d'Interco 21, d'une crise cardiaque cette nuit, à l'âge de 58 ans.
Nous perdons un militant de conviction, d'une grande chaleur humaine, toujours soucieux des autres et de l'intérêt général. Il laisse un grand vide dans son syndicat et à la fédération Interco CFDT. Nos pensées les plus chaleureuses vont bien sûr aussi à sa famille et à ses proches.

Fédération CFDT-Interco

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Chers collègues,

Le Président François SAUVADET, la Vice-Présidente Martine EAP-DUPIN, nos collègues de la DDRHRS et moi-même avons le très grand regret de vous informer du décès soudain de Monsieur Lionel MORI, Secrétaire de la CFDT du Conseil départemental.

Les qualités humaines et professionnelles de M. MORI vont nous manquer. Homme de dialogue, engagé dans sa mission de représentant syndical dont il maîtrisait parfaitement toutes les facettes, partenaire exigeant et constructif dans la négociation, homme de propositions aussi dont beaucoup ont contribué à améliorer nos conditions de vie au travail, Lionel MORI a donné une part importante de sa vie à son engagement syndical qu'il concevait comme un service des autres et comme une contribution nationale, départementale et locale au service public.

Peu de temps après le décès de M. François CHEREQUE, la CFDT est à nouveau durement frappée par cette disparition.

C'est avec émotion que nous présentons nos condoléances à sa famille et à ses proches, et à ses camarades du Syndicat CFDT auxquels il était très attaché.

(Courriel adressé par le Directeur Général des Services Départementaux le 24 février 2017 à 10H45 à l'ensemble des agents du Conseil Départemental de Côte-d'Or)


Je suis atterrée, affligée, par cette nouvelle. Envie de dire que ce n'est pas possible, pas croyable. Notre "duc de Bourgogne" va vraiment nous manquer. C'est quelqu'un de bien qui s'en va trop vite.

Je suis très triste. Amitiés

Christine Marchetti

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Oui, c'est une bien triste nouvelle.
Lionel était une personne abordable avec qui il était toujours agréable de discuter. Il laissera un grand vide auprès de nous tous et me fait personnellement réfléchir à la fragilité de ce fil qui nous maintient sur terre. Je garderai en mémoire sa gentillesse, sa spontanéité, sa présence, son implication.
La CFDT perd un grand militant et le secteur Justice est en peine de savoir partir un secrétaire de syndicat qui nous a ouvert ses bras.
Tenons-nous la main en ces heures difficiles.

Jean-Philippe Guilloteau

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Très triste nouvelle en effet.
Je connaissais un peu Lionel, suffisamment pour apprécier ce grand militant.
Mes pensées aux militants et à sa famille.
Bises

Michèle Nathan

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Incroyable, je me demande si l'on parle bien du même tellement je suis surpris. Je sais que nous sommes tous programmé pour cela à terme, mais si vite, si brutalement, si violemment ! J'ai besoin de dire mon incrédulité, il est certain et peu de dire que Lionel laissera un vide dans le conseil fédéral et sans doute bien plus d'autres sphères.

Jean-Claude Lenay

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Claire, au nom de toute l'Uffa-CFDT, je t'adresse toute notre sympathie, ainsi qu'à tous les militants de ta fédération. Ses responsabilités font que nous avons eu l'occasion de croiser Lionel régulièrement à Bolivar.
A ses proches, à sa famille, aux équipes Interco, nous exprimons nos plus chaleureuses pensées. Amitiés,

Mylène Jacquot

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

J'ai appris la triste nouvelle ce matin, je ne peux pas réaliser. Nous perdons une belle personne avec des valeurs. Constructif gentil serviable avec beaucoup d'humour et toujours une parole bienveillante. Il est parti trop trop vite.
Bises

Marielle Dussol

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je suis effondrée par cette horrible nouvelle et souscris à tous vos propos le qualifiant. Nous perdons un homme bien. Mes pensées sont avec vous tous je vous embrasse

Marie Odile Esch

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cher-e-s camarades et ami-e-s,
Quel choc ! Pas encore remis de la disparition de François Chérèque, nous apprenons donc aujourd'hui le décès brutal de notre camarade et ami Lionel Mori. Je ne le connaissais que depuis trois ans, pour l'avoir côtoyé en conseil fédéral et CNF mais, comme vous tous, j'appréciais son engagement militant, son sens du collectif – aussi bien lors des séances de travail que dans les moments de convivialité –, sa voix de
stentor, son humour. Je me faisais une joie de le retrouver à la fédé après notre congrès.
Je vous embrasse moi aussi,

Thierry Duboc

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Comme vous tous je suis assommé par cette triste nouvelle, la vie ne tient pas à grand chose. J'ai appris à apprécier Lionel lorsque je l'ai sollicité pour travailler avec nous sur la convention de partenariat avec l'UGTT. Il a répondu avec beaucoup d'enthousiasme et de passion. Nous étions en train de préparer ensemble un séminaire sur la santé au travail à Tunis. C'est vraiment une grande perte pour sa famille bien sûr mais aussi pour son syndicat et toute la fédé Interco.
Je serai en déplacement toute la semaine prochaine mais mes pensées seront de tout
coeur avec vous et sa famille.

Stélios Tsiakkaros

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cette triste et terrible nouvelle m'a anéantie, j'ai lu et relu ton message Claire en me disant que tu t'étais trompée ! Lionel fait partie des personnes très attachantes que nous avons parfois le plaisir de côtoyer. Toujours prévenant, chaleureux, il savait s'inquiéter et prendre des nouvelles.
Son humour, sa gentillesse vont nous manquer à tous.
Une pensée particulière pour sa famille.
Amitiés à tous

Odile Demol

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Triste et injuste nouvelle.
Il nous quitte très tôt, trop tôt sans avoir pu mener au bout tous ses projets et son action de syndicaliste pétri d'humanité, engagé et radical comme il aimait le défendre.
Nous perdons un vrai camarade mais garderons le souvenir d'une belle personne.
Mes pensées sincères à sa famille et à son syndicat.
Carpe diem

Philippe Goret

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Inadmissible :-(((( et le connaissais franchement plus drôle. À vous dégouter de l'humour noir et de tout autre.
Pas facile de continuer cet après-midi ; ces images qui s'accrochent, pensant à lui, pensant à vous.

Bon courage à Toutes & Tous pour les heures et jours à venir.
Bises et amitiés... mais très humides,

Sylvain Marchand

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je ne suis pas doué pour les oraisons funèbres parce que je n'ai pas envie de m'habituer à en prononcer ; surtout quand la perte est si cruelle et si brutale.
J'ai juste envie de dire : ça fait vraiment chier !

Patrice Royer

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je suis très peiné d'apprendre le décès de Lionel. Je l'ai personnellement apprécié pour sa gentillesse et son sens de l'humour.
Comme à vous tous, il va aussi beaucoup me manquer...
Avec toutes mes sincères condoléances.
Amitiés,

Paul Cassel

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Triste nouvelle triste jour je suis très peinée je pense à ses proches je serais de tout coeur avec vous au prochain CF pour penser à lui amitié

Sandrine Wiss

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cela fait plus d'une heure que je tourne en rond avec cette nouvelle dans la tête et dans le ventre. Ça n'est pas possible ! J'ai découvert Lionel au fil du temps, ses indignations, sa fausse candeur habillée d'humour, son intelligence et sa chaleur. Et son amour de la vie. Au dernier CF on l'a fait chanter dans le salon du bas, à Bierville,en buvant une mirabelle. On a eu raison, il ne faut pas perdre une occasion d'amitié.
C'est vraiment injuste, et le mot est si faible et dérisoire.
On se tient chaud.
Je vous embrasse tous.

Didier Lahais

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Juste quelqu'un de bien ! Je me souviens de Lionel qui posait de manière faussement naïve la question embêtante, celui qui bousculait les usages.
Je ne serai pas au conseil fédéral de mars, pas tout à fait rétabli, mais je serai avec vous tous, de toutes mes pensées, pour l'hommage que vous ne manquerez pas de lui rendre.
Je vous embrasse, je pense à lui, je pense à vous.

Henri Prat

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Que la vie peut paraître injuste parfois...
J'ai beaucoup de peine et je rumine une forme de colère pourquoi lui et maintenant...
Nous perdons un homme de valeur, un camarade, un ami...
j'ai une pensée particulière pour ses proches dans ces moments très douloureux
Je pense à toi Lionel et tu me manques déjà

Maryan Rychlinski

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Injuste, triste, Lionel a marqué de son sourire tout ce mandat...

Françoise Riou

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lionel tu étais la joie de vivre et la générosité.
On avait envie d'être ton ami et d'être à ta table pour prendre un grand bol de bonne humeur.
Je pense à toi, à celles et ceux que tu laisses dans la tristesse infinie.

Louise-Marie Siadous

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Putain d'ordi !
Il y a des jours comme ça où on se dit, bon la semaine et la journée ont été bien (trop) remplies, je regarderai l'ordi plus tard ou même demain... en rentrant je l'ouvre quand même...
Lionel... un regard, un sourire, une voix (que j'ai découvert lors du congrès d'Évian, en voisin de table)... Lionel camarade du CF... plaisir du débat... joie et rires lors des pauses, des soirées finalement trop courtes.
Mardi 14 février nous avons travaillé ensemble, côte à côte, en petit groupe avec nos camarades tunisiens (Lionel préparait son intervention pour une rencontre sur la santé au travail à Tunis qui devait avoir lieu après le prochain CF... on avait prévu de revoir tout cela... quel plaisir, encore... ça se bouscule...
Putain d'ordi !
Salut Duc de Bourgogne, Ciao amico

Philippe Scarfogliero

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mes chers camarades,
J'ai mis du temps à réagir au départ brutal de mon ami Lionel.
Et je ne sais toujours pas comment faire...
C'est lui qui soignait mes peines, mes chagrins, mes doutes.
Là j'imagine qu'il me dirait : " mais non t'es pas conne, enfin si, mais c'est pas grave !
Allez ma caille, arrête de pleurer ou on va chialer tout les deux ! "
Et moi qui lui donnais mon avis sur tout, là je n'ai pas eu le temps de lui dire que je n'étais pas d'accord, que personne ne serait d'accord.
Je voulais mourir de rire avec Lionel. Mais ça NON.
Lionel était profondément humain. Lionel était infiniment généreux. Lionel était intensément bosseur. Quand il s'engageait c'était pleinement. Mais je ne vous apprends rien car il suffisait d'être à ses côtés pour ressentir très vite tout ça et être emporté par sa grande sensibilité et son humour.
Alors comment on fait pour se passer tout ça ?
Dans mon cocktail du bonheur, Lionel était un ingrédient de base.
Et comme je suis gourmande de joie, je consommais sans modération.
Mais je ne savais que je buvais mes dernières gouttes...
Je reconnais le goût du manque et les premiers sanglots qui vont avec.
J'avais encore de la route à faire avec Lionel. Des projets, des coups de folie, des
éclats de rire...
Je pense à Valentin, sa Maman, son Papa, Mylène, Lou, Odile et Sylvain. Il va leur
manquer terriblement...
Il voulait faire évoluer notre monde. Et il nous laisse finir le boulot...

Ingrid François

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Comme vous toutes et vous tous, je suis bouleversé par cette terrible nouvelle !
Lionel, si vivant, pétillant, enthousiaste, ne nous inondera plus de sa perpétuelle bonne humeur. À l'instant d'incrédulité, succède ce sentiment de colère que peut chaque fois générer l'injustice.
Mes propos feront un peu écho à ceux de Jean-Philippe. En effet, Lionel a toujours fait montre de curiosité sur les problématiques de sécurité et de volontarisme pour les aborder. Ses petites plaisanteries relatives à notre fonction, toujours teintées d'affection, nous manqueront beaucoup à Serge Haure et moi-même. Qui aime bien, châtie bien. Nous nous sommes copieusement châtiés.
Mes pensées vont vers tous les camarades cédétistes d'Interco 21, ceux qu'il a défendus, lancés dans l'aventure syndicale, qui l'ont côtoyé au CF ou ailleurs, mais aussi et surtout à sa famille et ses amis.

Julien Morcrette

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

J'ai fait la connaissance de Lionel assez récemment, mais j'ai pu apprécier chez lui toutes les qualités évoquées par tous ceux qui le connaissaient bien. J'attendais de pouvoir travailler avec lui dans les mois à venir avec beaucoup de plaisir ! 
Donc que rajouter ? Simplement redire les mêmes mots : stupeur, injustice, chagrin... et le grand vide qu'il laisse.
Je pense que le Monde perd quelqu'un de Bien.
Bon courage à sa famille et à ses proches.

Marie Coubret

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Après avoir reçu la nouvelle du décès brutal de notre Camarade Lionel et essayant de "digérer et d'accepter" celle-ci ce weekend, j'exprime à toute sa famille, ses proches et ses Camarades de lutte mes profondes condoléances et toute ma solidarité.
Je garde au plus profond de moi le souvenir de Lionel comme un Militant "hors pair", un Militant de conviction, un Militant toujours à l'écoute et au service des autres.
Ses qualités d'accueil et de disponibilité, nous avaient permis de préparer la session de formation "négos collectives OPH" dans de super conditions de travail.
Maintenant qu'il nous regarde à travers les étoiles, poursuivons notre combat pour la justice car il n'en sera que très fier.
Très amicalement

Pierre Richard

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Oui cette disparition brutale de Lionel est un choc douloureux et j'ai beaucoup de mal à accepter. Nous nous étions rencontrés quelques jours auparavant et il m'avait fait part de ces projets pour le groupe de travail et de son enthousiasme à rejoindre l'équipe fédérale...
Sa disparition laisse un vide pour les siens et pour tous ceux qui ont eu la chance de le côtoyer et de travailler avec lui...

Maurice Copin

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

J'apprends avec stupeur et douleur le décès de Lionel, que dire de plus que tous les témoignages touchants et sincères de toutes et tous qui l'ont côtoyé ?
L'instant est au deuil, le meilleur témoignage envers lui et sa famille sera de continuer avec encore plus de virulence et de rigueur le combat qu'il a mené.
Restons confiants et soudés, amitiés fraternelles

Léon Duchemin

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Syndicat départemental Interco 14 est profondément ému et bouleversé par cette brutale disparition.
Pour certains d'entre nous qui l'ont côtoyé, nous avons pu apprécier ses grandes qualités humaines et professionnelles.
Nous associons notre peine à celle de sa famille dans cette épreuve difficile.

Sincères condoléances de toute l'équipe départementale d'Interco Calvados.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Non mon Ami, je n'irai pas, désolé.
Ça fait 3 jours qu'une collègue (et amie !) a eu l'immense courage de m'appeler avant le déferlement de mails annonçant ta dernière pitrerie pas drôle du tout... Elle m'a demandé de m'asseoir et m'a dit.
Elle m'a dit que tu avais trouvé l'ultime prétexte pour ne pas répondre à mes coups de téléphone.
Ça fait 3 jours que je me dis que d'habitude je suis dans le T.G.V. au lieu de l'avoir pris dans le dos à pleine vitesse et de me retrouver coincé entre le butoir de ce putain de terminus et une masse métallique froide qui, elle, essaie de continuer d'avancer...
Ça fait 3 jours et j'aimerais être victime d'une caméra cachée ou un crétin m'annoncerait que c'était pour rire. Mais non pas de crétin à l'horizon, l'horizon tout sombre, le ciel bas et lourd comme écrivait le poète.
Tu auras traversé mon existence une bonne douzaine d'années, de près, de loin, mais toujours prêt à écouter mes états d'âme lorsque j'avais la chance et le privilège de pouvoir échanger avec Toi.
Il nous faut accepter... Ben ouais... Accepter quoi ? Que des gens de ta valeur ne brillent plus alors que tant de cloportes seront centenaires ? Accepter qu'un Homme bon nous laisse tant de choses à faire sans nous pousser, sans nous chambrer, sans ramener sa fraise rigolarde surtout quand on ne lui demande pas son avis ?
Ben ouais il faut accepter... Mais laisse-moi un peu de temps, bordel, ça fait 3 jours.
Le temps fera son oeuvre. Tu deviendras cette petite loupiote qui scintille en cas de besoin quand on doit, comme tu l'étais toujours, être bienveillant pour les autres.
Tu m'avais dit il y a quelques jours que tu étais fatigué. Je t'avais répondu : « ça tombe bien demain c'est le week-end ! » Mais j'te connais, t'as dû faire la bringue pour accompagner des potes ou bosser parce que ton engagement à nos côtés ne pouvait attendre. Et maintenant on attend quoi nous espèce d'Andouille ?
Je sais, je t'entends : « Mais la mort ça fait partie de la vie, personne n'est irremplaçable... » et toutes ces vérités qui pour l'heure sont des foutaises mon Pote.
Pour terminer je veux juste que tu saches que je n'irai pas à tes obsèques. Vas-y traite moi de couille molle si ça t'amuse, d'ailleurs je sais que ça t'amuse ! Non je ne veux pas y aller. J'aurais pu y être physiquement, moralement mais affectivement je ne peux pas. Je laisse ça aux courageux. Moi j'ai besoin d'essayer de remonter dans le train quand il aura fini de m'écrabouiller comme une petite merde. J'ai besoin de futilité, j'ai besoin de ma Femme, de mes gosses... J'ai besoin, comme tu me l'as dit si souvent, parce que tu savais toi, de m'occuper des vivants...

Éric Barnéon

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je ne connaissais pas beaucoup Lionel mais son décès m'a énormément touché.
En effet, c'était un homme généreux et bienveillant. Toujours à l'écoute et trouvant toujours des solutions pour accompagner les militants et adhérents en difficulté.
Nous présentons toutes nos condoléances à sa famille.

Carole Mulard

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

J'ai mis du temps à vous écrire car je n'en avais pas le courage. Je n'arrive toujours pas à réaliser que nous n'entendrons plus la voix tonitruante mais ô combien attachante de Lionel nous interpeller à la volée avec son humour teinté de gentillesse et de bienveillance.
Lionel fait partie de ces rares personnes dont le charisme ne peut laisser indifférent.
J'ai appris à le connaître et à apprécier son engagement y compris dans son aspect radical qui, disons-le, tranche avec le discours feutré du Ministère de l'Intérieur. À titre personnel, j'ai pu constater à de nombreuses reprises son courage à dénoncer à haute voix des injustices que d'autres pouvaient également constater mais en laissant faire...
Homme de convictions fortes, Lionel est un passionné de l'action syndicale dont l'investissement sans cesse croissant allait le conduire à rejoindre prochainement l'équipe parisienne de la Fédération et c'est justement au moment où ses souhaits allaient se concrétiser que cet ami plein de vie nous quitte : quelle injustice pour celui qui a mis toutes ses forces à la combattre sous toutes ses formes !!!
Certains se souviendront longtemps des subtilités d'humour dont Lionel a le secret et dont il nous a largement abreuvés à l'occasion d'un groupe de travail lors du dernier Conseil Fédéral.
Au delà de la vie syndicale, Lionel a toujours su avoir une écoute particulièrement attentive pour beaucoup d'entre nous au moment où nous en avions besoin y compris en nous ouvrant largement l'accès à son univers personnel et pour cela aussi nous pouvons le remercier.
Un regret parmi d'autres sans doute est que tu n'aies pas pu nous accompagner en Tunisie car je sais que ce voyage représentait beaucoup pour toi mais encore une fois ton sens de l'abnégation et ton souci du bien-être de ta famille ont dicté ta conduite que nous ne pouvons que saluer.
Alors oui, Monsieur le Duc de Bourgogne, ta noblesse de coeur et ta sensibilité nous manquent déjà comme à tes proches et à ta famille vers qui mes pensées attristées vont naturellement et à qui j'adresse mes condoléances les plus sincères.
Tchao donc l'ami et merci de nous avoir accompagné un bout de chemin en nous communiquant ton entrain et ta joie de vivre ; Lionel qui entonne la chansonnette à Bierville en appréciant une mirabelle : voilà l'image que je veux précieusement garder en mémoire.
Fasse que l'avenir nous permette collectivement et individuellement de poursuivre les différents chantiers qui te tenaient à coeur.
Bien à vous tous.
Amicalement.

Didier Gaujour

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cher Lionel,
Nous sommes tous là aujourd'hui, ta famille, tes amis et ceux qui t'ont suffisamment approché pour apprécier l'étendue de ta personnalité et de ta bonté. Nous sommes là pour te dire au revoir. Tu pars avant nous vers ce grand mystère qui se cache sous nos yeux fermés mais, comme Maurice Maeterlinck, nous pensons que la tombe n'est pas plus redoutable que le berceau car elle ouvre, elle aussi, sur un
monde. Alors pour toi qui étais croyant, il ne fait pas de doute qu'une nouvelle vie commence. Une vie sereine, délivrée de la douleur qui reste là et nous étreint, nous, car comment te quitter sans pleurer, sans regretter l'ami généreux, le collègue agréable et joyeux que tu as toujours été.
C'est inondés de tristesse et de compassion que nous nous tournons vers ta famille pour leur présenter nos plus sincères et respectueuses condoléances.
Dans ce train qui t'emporte, il y a tout un wagon de pensées et de fleurs que nous t'offrons mais nous gardons ton rire, ta bonne humeur et ta gentillesse pour toujours au fond de notre coeur.
Repose en paix, cher Lionel, les trains partent à l'heure et nous sommes tous des passagers...
Nous nous reverrons !

Christian Steible

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

À l'occasion de la réunion de la coopération Interco PACA le lundi 27 février, l'ensemble des participants à cette réunion a tenu à rendre hommage à Lionel MORI, secrétaire général d'Interco 21 et conseiller fédéral, subitement décédé.
Tous ceux qui ont connu Lionel ne peuvent que louer son humanisme, sa faculté à générer la bonne humeur autour de lui, son écoute des autres et son total investissement syndical.
Nous avons une pensée pour sa famille, ses proches, et le syndicat Interco 21.
Pour la coopération,

Guy Estrade

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je viens d'apprendre le décès de Lionel Mori que je n'ai rencontré qu'une fois, lors de la rencontre des syndicats. Nous avions sympathisé et nous étions promis de nous revoir. J'ai parlé avec un militant éminemment sympathique et ouvert. Et il avait beaucoup d'humour. Triste, très triste.
Bien cordialement,

Jean-Jacques Vêtu.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes mes condoléances à tous ces proches, quelle tristesse d'apprendre un tel évènement d'un monsieur qui avait tellement plaisir à partager et à rire.
Amitiés

Audrey Campo

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Triste manière de commencer cette nouvelle semaine.
Je n'aurai connu Lionel (alias Jean-Pierre) que quelques jours au cours de notre escapade strasbourgeoise. Il me laissera un souvenir impérissable de joie et de partage. Il nous manquera c'est sûr.
Amitiés,

Fabien Billet

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

RIP Jean Pierre...

Myriam Aleaume

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bien triste nouvelle

Corinne Blasco

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'émotion me monte.
Bien à tous,

Olivier Belem

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je suis effondrée par cette information.
Savoir que Lionel est parti alors qu'il y a à peine un mois il se faisait un grand souci pour ses parents. Et tous les fous rires que nous avons eus ensemble à Strasbourg.
Le s..... blanc nous restera en mémoire...
Cet homme qui avait l'humour en première intention et un coeur immense pour les autres.
Je partage avec vous ma tristesse et demande aux représentants de la fédé de faire passer toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches. Notre future réunion du mois d'avril est d'ores et déjà berne.
Lionel tu nous manques déjà

Sophie Le Port

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour
Triste nouvelle toute mes condoléances.
Amitiés

Mustapha Elouajidi

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il y a deux jours Lionel était l'un des premiers à répondre.
Il est parti, trop trop vite. Condoléances à ses proches.
Amitiés à toutes et tous.

François Fournier

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Arrivederci Lionel !
Lionel nous a quittés brusquement, nous étions encore avec lui la semaine précédente, dans le groupe de travail sur les conditions de travail qu'il animait avec talent et générosité.
Lionel le beau gosse, toujours impeccablement coiffé, la barbe taillée avec soin, soucieux de conserver son élégance et sa prestance naturelles, « un Italiano vero ».
Élégant et charmant, il l'était aussi par la connaissance de ses dossiers qu'il avait à coeur de partager, par sa maestria à animer sans qu'il paraisse s'y efforcer, un groupe de militants d'horizons et de formations pourtant si divers, au surplus dont le format variait constamment en accueillant des « nouveaux » qui s'y inséraient comme si cela allait de soi.
Lionel réussissait ce tour de force de faire réfléchir ensemble pendant 2 jours entiers à chaque séance les membres du groupe, d'obtenir des contributions de grande qualité, tout en insufflant un climat de véritable camaraderie où chacun trouvait sa place, où tous s'écoutaient et se respectaient, où l'humour et la gaieté régnaient.
C'était un rendez-vous bimestriel qu'on attendait avec impatience, un exemple vivant de ce que peut vouloir dire qualité de vie au travail.
Avoir croisé ta route est une chance et un bonheur, Lionel, ciao bello !

Denise Dariosecq & Anne Colomb

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je ne pourrai pas être présente demain à vos côtés, et je le regrette, pour saluer Lionel, lui rendre un hommage et surtout partager la peine de sa famille, de ses amis
et celle des camarades d'Interco 21.
Toute l'équipe d'Interco 67 (et plus particulièrement Marion, Michel, Gérard, Sébastien qui ont eu l'occasion de le côtoyer lors d'évènements syndicaux) se joint à moi pour leur présenter nos sincères condoléances.
En ce qui me concerne j'ai découvert Lionel au cours de ce mandat partagé au conseil fédéral et je garderai de lui l'image du militant engagé et enthousiaste (il avait la militance heureuse), d'un être d'une profonde humanité, d'une grande sollicitude, attentif et attentionné, d'un camarade plein d'humour et très convivial.
J'ai par ailleurs souvent été émue par sa manière d'évoquer simplement, et de manière lumineuse, son affection et son attachement à ses parents et à son neveu Valentin.
Je serai de tout coeur avec vous demain. Amitiés.

Claude Amann

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Quelle triste nouvelle, je peux à peine y croire
Je n'avais fait la rencontre de Lionel que rapidement en vous rejoignant à Strasbourg mais c'était suffisant pour voir qu'il avait l'air d'être une belle personne
Mes pensées amicales à sa famille et à tout le groupe

Frédérique Lellouche

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mot lionel

 

Accès Adhérents