"Etat de guerre" et armement des policiers municipaux

Publié le : 23 novembre 2015
 - 
Nombre de vues : 937

armes police municipaleSuite à la déclaration de certains maires n'étant pas favorables l'armement de leurs policiers municipaux, la CFDT réagit par un communiqué:

 

(Communiqué paru dans le Bien Public du vendredi 20 novembre 2015)

La CFDT souhaite réagir vivement aux propos de certains Maires de Côte d'or interrogés par le journal « Le Bien Public » dans son édition du 19 novembre 2015 sur le fait d'armer ou pas les policiers municipaux.
Certains de ces maires semblent oublier les mesures préconisées par le Président de la République lors de leur rassemblement, le 18 novembre dernier.

Le Président François Hollande a rappelé les évènements tragiques de ces derniers jours et a décliné des propositions concrètes afin de garantir la sécurité de nos concitoyens, dans notre pays déclaré en « état de guerre ».
La proposition, de puiser dans les stocks d'armes de la police nationale et d'en doter les policiers municipaux, montre bien le degré de menace et la prise de conscience de l'Etat devant ces événements récents.
Nous regrettons que le Maire de Dijon se retranche derrière un pseudo classement des villes de France où il fait bon vivre, pour se positionner contre l'armement létal de ces policiers municipaux.

Comment un ancien Ministre peut-il faire fi des paroles du Président de la République ? Ne devrait-il pas se poser la question de savoir :
• qui intervient en premier sur le centre ville de Dijon ?
• qui patrouille ?
• qui serait en première ligne si un terroriste décidait de s'attaquer à une rue piétonne bondée, les veilles de Noël, avec une Kalachnikov ?
• qui pourrait intervenir et ralentir la progression du tueur ?
Les policiers municipaux sont en première ligne qu'il le veuille ou non. Quant au discours du Maire de Beaune, deux mandats, deux discours :
• en sa qualité de député : «tout ce qui pourra apporter davantage de sécurité à nos compatriotes aura notre soutien» BP du 18/11/2015.
• en sa qualité de premier magistrat : défavorable à l'armement des policiers municipaux « que l'état assure la sécurité des personnes c'est son rôle ». BP du 19/11/2015.

Pour la CFDT interco Côte-d'Or, le risque justifie la réflexion et la réflexion ne doit-elle pas amener les maires responsables à armer leur police municipale d'armes létales afin de protéger et sécuriser la population ?
Nous souhaitons des policiers municipaux sécurisés et sécurisants, formés et encadrés comme le sont nos collègues de la police nationale.
Notre première demande date de l'après Charlie ! Aujourd'hui nous ne pouvons plus attendre et repousser ces échéances. C'est pourquoi nous demandons à chaque maire des communes concernés sur le département de mettre en place un groupe de travail spécifique sur l'armement de leurs policiers municipaux.


Lionel MORI
Conseiller fédéral
Secrétaire du syndicat CFDT/Interco 21