Wing'z 4

Ce que Sarkozy veut faire des fonctionnaires...

SarkozySarkozy veut augmenter le temps de travail des fonctionnaires, réduire leur nombre et recruter sans statut

(26 sept. 2014, par Sylvain Henry
Nicolas Sarkozy, jeudi 25 septembre à Lambersart - Michel Spingler/AP/SIPA)

Nicolas Sarkozy a jugé nécessaire que les fonctionnaires travaillent davantage, que leur nombre soit réduit et que les recrutements « ne soient pas tous soumis à la règle du statut à vie », lors de son premier meeting de campagne pour la présidence de l'UMP, jeudi 25 septembre, à Lambersart.

A l'occasion de son premier meeting de campagne pour la présidence de l'UMP, jeudi soir 25 septembre à Lambersart (Nord), Nicolas Sarkozy a détaillé sa vision de l'avenir de la fonction publique. « Je veux dire qu'on peut tout à la fois considérer les fonctionnaires, a-t-il déclaré, respecter leur travail, aimer le principe même du service public, vouloir un État présent sur toute la surface du territoire et affirmer dans le même temps, d'une façon parfaitement cohérente que le poids des dépenses publiques est beaucoup trop lourd pour notre économie, que le temps de travail dans la fonction publique est une question qui ne peut plus être éludée. »

Et de détailler : «Il faudra travailler davantage, (le) nombre de fonctionnaires devra être réduit et (il) nous faudra sans doute accepter, pour l'État comme pour les collectivités territoriales, que les recrutements dans la fonction publique ne soient pas tous soumis à la règle du statut à vie car ce n'est pas plus adapté aux exigences du monde moderne. »

La « lâcheté » des « donneurs de leçon »

Des propos applaudis par les quelque 4000 à 5000 personnes présentes. L'ancien président de la République a développé : « J'entends déjà les éternels donneurs de leçon. Avant même qu'ils aient parlé je les entends, appelant à la dignité de la fonction publique que j'aurais offensée par mes propos. » Et de poursuivre : « La vérité, c'est que ce qui risque de détruire la fonction publiques française, c'est l'immobilisme, c'est le refus du mouvement, c'est l'ignorance du monde dans lequel nous vivons, c'est le conservatisme et pour tout dire c'est la lâcheté. Et ce n'est pas ceux qui conduisent à la paupérisation de la fonction publique qui ont la moindre leçon à nous donner. »

Entre 2007 et 2012, la révision générale des politiques publiques initiée au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, avait conduit à la suppression de 150 000 fonctionnaires à l'État. Les organisations syndicales étaient vent debout contre une politique qu'ils jugeaient brutales pour les agents publics. « On a coupé à la hache dans les effectifs », dénonçaient-ils. François Hollande l'a promis : les effectifs des agents de l'État resteront stables sur la durée de son quinquennat. Les créations de postes à l'éducation nationale, à la justice et dans les forces de sécurité – quelque 60 000 ont été annoncées – seront compensées par des suppressions dans les autres ministères. Des suppressions très mal vécues par les syndicats...

Réduire le nombre de parlementaires

Nicolas Sarkozy a proposé jeudi l'organisation de référendums pour réduire le nombre de parlementaires et fusionner les conseils généraux et régionaux. « Je crois qu'est venu le temps de nous réapproprier la pratique du référendum, a-t-il indiqué. Je souhaiterais suggérer deux propositions qui attesteraient de notre volonté d'aller beaucoup plus loin dans les changements à porter à la France. » « Toutes ces dernières années, on a augmenté le nombre de nos parlementaires, tout en diminuant leurs moyens et leurs capacités à se faire entendre. Il faut réduire le nombre des parlementaires et leur redonner ainsi, un poids, une parole centrale », a-t-il affirmé. « Dans le même esprit, je pense que c'est aux Français directement et à personne d'autre de se prononcer sur la fusion des conseils généraux et des conseils régionaux, a-t-il dit. Nous ne pouvons plus continuer à accumuler les niveaux d'administration. »

Cette déclaration de l'ancien président de la République promet donc un bel avenir à l'ensemble des collègues de la Fonction Publique...

 

 

Accès Adhérents