Illustration 1

Retour sur la Conférence Sociale des 7 et 8 juillet

Conférence sociale 2014La « Grande conférence sociale pour l'emploi » qui s'est tenue pour deux jours dans les murs du Conseil économique, social et environnemental a débuté par un échange du Président de la République avec les organisations syndicales et patronales représentatives.

Cet échange a principalement porté sur l'analyse de la situation économique et sociale du pays, sur l'emploi et le pacte de responsabilité et sur le dialogue social.

 

L'intervention de Laurent Berger , qui conduisait la délégation CFDT, s'est centrée :

  • sur l'entorse au dialogue social intervenue sur le compte pénibilité, l'importance du dialogue social et les exigences de la CFDT à cet égard,
  • sur la mise en œuvre rapide du pacte de responsabilité et le respect des engagements par le patronat,
  • sur l'intensification de la mobilisation pour l'emploi (jeunes, séniors, personnes les plus éloignées de l'emploi),
  • sur le caractère crucial d'une politique européenne d'investissement,
  • sur la situation préoccupante dans les fonctions publiques.

Lors de cet échange la CGT et FO ont annoncé qu'elles ne participeraient pas à la deuxième journée des travaux de la conférence sociale. Au prétexte pour FO que ce rendez-vous ne servait à rien, elle l'avait laissé entendre depuis plusieurs semaines ; pour la CGT au prétexte du report partiel du compte pénibilité qu'elle a jugé inadmissible après avoir considéré qu'il n'avait pas de réel contenu !

En parallèle de cet échange avec le Président, une séquence introductive s'est déroulée en plénière avec Jean Pisani-Ferry sur les enjeux de la France dans 10 ans et Louis Gallois au titre du réseau « Alerte contre l'exclusion ».

Dans son discours en séance plénière, après avoir rappelé les résultats apportés par le dialogue social suite aux deux précédentes conférences sociales, le Président de la République a fait plusieurs annonces en réponse aux demandes de la CFDT :

  • confirmation définitive de la mise en place du compte pénibilité malgré le report partiel en 2016 ;
  • sur le respect des engagements pris sur le pacte de responsabilité :

- mise en place à la rentrée de l'observatoire d'évaluation de toutes les aides aux entreprises (extension du comité de suivi du CICE). C'était une revendication forte de la CFDT et de la déclaration de l'intersyndicale du 25 janvier notamment signée par la CGT.

- groupe d'évaluation des négociations dans les 50 principales branches.

  • annonce d'un document d'orientation en vue d'une négociation interprofessionnelle sur le dialogue social reprenant l'exigence de la représentation effective des salariés de toutes les entreprises et la prise en compte des parcours militants.

Le Président de la République a également abordé des points qui sont l'objet des tables-rondes de la deuxième journée : assises de l'investissement, Europe (programme d'investissements, convergences fiscales et sociales), mesures en direction des jeunes, des séniors, des chômeurs de longue durée.

Les tables-rondes qui se sont tenues le 8 juillet matin ont été l'occasion pour la CFDT de pousser ses revendications sur ces différents thèmes.

A l'occasion de cette "Conférence Sociale", Laurent Berger a fait une déclaration que vous pouvez retrouver ici : pdfdéclaration de Laurent Berger pour la CFDT

Accès Adhérents