Illustration 2

Retour de manif fonctions publiques

Manif 15.05 Ce jeudi 15 mai, plus de cinq millions de fonctionnaires étaient appelés à une journée d'action, axée principalement sur les salaires qui n'ont pas été revalorisés collectivement depuis près de 5 ans.

A Dijon, ce sont environ 800 personnes qui se sont rassemblées pour protester contre le gel du point d'indice. Cumulé aux effets de l'inflation, le salaire net moyen des agents de la Fonction Publique a baissé et leur pouvoir d'achat est en berne !

Lionel MORI, Secrétaire Général de notre Syndicat Interco 21 a été le porte parole de la délégation CFDT auprès de Monsieur Le Préfet en fin de matinée. A cette occasion, il a rappelé qu'au delà du gel du point d'indice, c'est le Service rendu au public qui souffre.
La stigmatisation des agents de la Fonction Publique engendre une dégradation des conditions de travail et la relation avec les usagers. Les réorganisations précipitées, les horaires contraignants, les abandons de missions ou encore les suppressions d'emplois font perdre le sens du travail et créent des situations intenables pour les salariés.

La CFDT veut:

- des mesures immédiates pour tous les agents:

  •  une augmentation conséquente de la valeur du point,
  • l'attribution de points d'indice, préalablement à la refonte des grilles,
  • une réforme immédiate du supplément familial : fin de la proportionnalité, 30 € par mois dès le premier enfant et prise en compte de la situation des familles monoparentales.

- La refonte des grilles indiciaires, pour recréer de l'attractivité :

  • en reconnaissant mieux les qualifications au moment du recrutement,
  • en reconnaissant mieux l'expérience acquise,
  • en donnant du dynamisme aux carrières : l'amplitude indiciaire ne doit pas être inférieure à 2 entre le premier et le dernier échelon d'un corps ou d'un cadre d'emploi,
  • en augmentant le nombre de promotions et en veillant à ce qu'elles soient suivies d'effets,
  • en aménageant les fins de carrières :

    «un agent, adjoint technique, au dernier échelon de son grade de carrière et 12 ans devant lui sans promotion. C'est inacceptable ».

  • Pour l'enseignement national, nos collègues attendent une réécriture des statuts qui prennent en compte toutes les nombreuses évolutions de leur métier depuis 1950.

    - Un régime indemnitaire transparent et juste :

La part des indemnités dans la rémunération a considérablement augmenté, mais pas partout et pas pour tous. 

La CFDT veut mettre fin à ces inégalités et revendique :

  • des règles claires et transparentes pour l'attribution des primes et indemnités ;
  • la transformation d'une large partie des primes et indemnités en rémunération indiciaire, sans perte de pouvoir d'achat pour les agents ;
  • une révision complète des primes liées aux sujétions spéciales : primes de nuit, indemnités de travail du dimanche et des jours fériés, indemnisation de déplacement etc

L'AVANCEMENT D'ÉCHELON DOIT SE FAIRE AU MÊME RYTHME POUR TOUS!

(Extrait de la déclaration de la délégation CFDT) 

Accès Adhérents